Courir à jeun, fait-il brûler plus de graisses ?

Courir dès le réveil demande une bonne dose de motivation. Le faire à jeun en requiert sûrement davantage. Ce serait pourtant la meilleure façon de perdre de la graisse. Vrai ou faux ? On vous répond !

Brûler des graisses en courant à jeun

Courir à jeun, quels effets sur le corps ?

Imaginez-vous enfiler vos baskets au saut du lit sans prendre de petit-déjeuner et filer faire votre footing matinal ! 

Il est alors clair que l’organisme se retrouve dans des dispositions inhabituelles. 

En effet, l’organisme a trois sources disponibles pour fabriquer de l’énergie : les glucides, les lipides et les protéines (des réserves glycogènes musculaires et hépatiques). De nombreux organes qui dépendent de ces substances (comme le cerveau) ont puisé toute la nuit dans les stocks de sucres pour assurer leur fonctionnement.

Quand ces réserves ne sont plus disponibles après une nuit de jeûne, le corps va se servir dans notre stock de graisse.

En effet, deux sources de carburant, à savoir les glucides et graisses sont utilisées pour générer de l’énergie qui sera utilisé par l’organisme pendant l’effort. Pour un exercice d’endurance effectué à une intensité modérée, vous obtenez 50 à 60 % de l’énergie nécessaire à partir du glycogène (l’énergie stockée dans les glucides)et le reste provient des glucides. 

Attention, ici, il n’est pas seulement qu’une question de calories : La différence réside dans la proportion d’utilisation des graisses et des sucres pour fournir l’énergie nécessaire à une activité physique.

Selon une étude scientifique, (Source : Wilcox, Harford & Wedel Medicine & Science in Sports and Exercise, 17:2, 1985), l’organisme brûle 67% de graisses pendant un footing post-jeûne de plus de 10 heures, alors qu’il n’en utilisera que 50% si l’on prend un petit-déjeuner.

Brûler des graisses en courant à jeun

Apprendre à courir à jeun

Courir à jeun, ce n’est pas facile et naturel pour tous.

Ainsi, courir à jeun, c’est d’abord une habitude qui se prend et qui se prend progressivement. On ne va pas courir 1h00 le ventre vide du jour au lendemain, il faut y aller progressivement sur plusieurs semaines quitte à prendre un petit encas à chaque sortie si on a un coup de mou.

Ne jamais courir à jeun plus d’une heure

Cependant, ne vous imaginez pas qu’en courant pendant deux heures au saut du lit, votre petit ventre va disparaître au bout de trois semaines. «La course à jeun n’est pas la recette miracle pour maigrir ! 

Eh oui… ce serait trop facile. De plus, courir le ventre vide peut être nocif pour le corps si l’on en abuse. «Au-delà d’une heure d’effort, l’organisme va solliciter les réserves de protéines des muscles, ce qui nous expose à de la fonte musculaire»,

Cette pratique permet alors de bruler des graisses mais aussi va permettre d’inciter le corps à puiser d’autres sources d’énergie lorsque le coureur de marathon est proche de la fringale.

Avant de partir ! 

Avant de partir, on pense surtout à bien s’hydrater pour éviter les blessures. Il faut également prévoir un encas sucré pour prévenir l’hypoglycémie : raisins secs, abricots secs, compote…

A votre retour

Prenez un petit-déjeuner équilibré. Il faudrait manger dans les 30 minutes qui suivent la fin de l’exercice car c’est à ce moment-là que l’organisme va être le plus performant pour absorber les glucides et protéines.

Appelée «fenêtre métabolique», cette période permet au corps de digérer et d’assimiler plus de nutriments et de ne pas stocker.

A VOS BASKETS !

No Comments

Leave a Comment