Compte-rendu : Les foulées du Pont de Saint-Nazaire

Le Dimanche 1er Octobre, plus de 1600 coureurs ont pris le départ des Foulées du pont, à Saint-Brévin-les-Pins. La course de plus de 10 km incluait un aller et retour sur le pont de Saint-Nazaire, exceptionnellement fermé à la circulation. Olivier participait à cette course et nous raconte cette expérience unique ! 

Au petit matin, sous une météo un peu mitigée,  je passe prendre deux collègues et direction Saint-Brévin pour le départ. Là je retrouve Daniel, Georges et Richard. 

Dès notre arrivée, nous sommes dans l’ambiance. On devine le pont noyé sous le brouillard. Et surtout le monde est là, le speaker annonce 1800 inscrits.

On part s’échauffer tous ensemble. Chacun appréhende un peu la course et y va de son conseil sur la façon de courir cette course. On est tous unanime : il va falloir partir plus lentement que d’habitude si on veut réussir à faire l’aller-retour. Le départ approche, on se place dans le sas. On est déjà assez loin de la ligne de départ.

Et c’est parti. Le premier kilomètre, il faut pas mal zigzaguer entre les coureurs. Très vite, je lâche Daniel, Georges et Richard. Je reste avec mon collègue mais sur une allure raisonnable car très vite c’est la première montée. On est autour des 4’50-5’00 au kilomètre et je suis assez surpris de voir que je ne souffre pas dans la montée (en général c’est un exercice que j’appréhende beaucoup). On se paye même le luxe de discuter avec mon collègue.

Très vite, on arrive au sommet du pont. Même si le pont est noyé sous le brouillard, l’ambiance est particulière. On entend la corne de brume d’un bateau mais impossible de le voir.

Et c’est la descente. Le rythme s’accélère un peu.

On croise le premier de la course David Bernier qui remonte le pont et qui a déjà fait le trou avec ses poursuivants. On l’encourage.

Demi-tour en bas du pont et on repart pour la deuxième montée. Je me sens bien en jambes et décide d’accélérer un peu. Les sensations sont bonnes même si à 200 m du sommet, les jambes commencent à tirer un peu. Heureusement mon collègue me passe devant et j’arrive à m’accrocher.

Dès le début de la descente, ça va mieux. Je récupère et je laisse tourner les jambes. On est à 3’55 au kilomètre. Saint-Brévin approche vite.

A la sortie du pont, il reste un peu moins de 2 kilomètres sur un parcours nettement plus plat. Je garde l’impulsion de la descente et maintient quasiment mon rythme. A 800 mètres de l’arrivée, je décide d’accélérer un peu histoire de finir en sprint la course. On passe sur le bord de mer, juste le temps d’apercevoir le serpent d’océan sur le sable.

L’arrivée est proche. Après un virage, une dernière difficulté, une petite bosse très courte mais bien pentue. Ne l’ayant pas anticipée, elle me fait très mal et j’ai beaucoup de mal à relancer.

Finalement, je finis la course en 45 min et 1 centième (46’08 au temps des organisateurs). Les sensations sont bonnes et je me dis que j’ai un peu trop modéré mon allure sur la première partie. Mais j’ai passé un bon moment et je finis la course avec mon collègue.

Daniel finit en 49 min et 30 centièmes, légèrement devant Richard qui finit en 50min et Georges qui finit en 54 minutes.

On est tous content de notre course et de la course en général. On est tous d’accord pour dire que c’est une course agréable et à refaire. En plus, on a réussi à échapper à la pluie et le vent ne nous a pas pénalisé.

Le Département ayant d’ors et déjà prévu de renouveler l’expérience, le rendez-vous est pris pour l’année prochaine en espérant que le soleil soit au rendez-vous….

Merci à Olivier pour ce chouette compte-rendu qui nous donne envie de courir cette course l’année prochaine.

1 Comment

  • hillion octobre 20, 2017 at 3:22

    très beau commentaire Olivier, au plaisir de recourir ensemble et la prochaine fois on emmène notre présidente adorée

    Reply

Répondre à hillion Cancel Reply